"Personne, sous aucun prétexte, n'obtiendra de moi que je consente a devenir le roi légitime de la Révolution"
Henri V

mardi 14 juin 2016

Nouvelle de la Légitimité

2016-42. « Redonner à la France et le sens de sa grandeur, et l’esprit de sa mission civilisatrice ».

fleur de lys gif2
Nous avons l’immense joie de vous transmettre le message particulier que Monseigneur le Prince Louis de Bourbonde jure Sa Majesté le Roi Louis XX, a adressé aux pèlerins de l’Union des Cercles Légitimistes de France et de la Confrérie Royale présents au Puy-en-Velay , ces 4 et 5 juin, à l’occasion du Grand Pardon de cette année 2016.
Le message, envoyé par le Secrétariat du Prince au Président de l’UCLF a été lu par ce dernier au groupe des pèlerins avant que ceux-ci ne commencent leur démarche jubilaire, ce qui était bien propre à stimuler la ferveur de leur prière.
Au-delà de ceux qui étaient présents ce jour d’hui au Puy-en-Velay, ce message touche aussi tous ceux qui, étant empêchés d’être physiquement présents, nous étaient unis par la prière.
Nous nous sommes autorisés à mettre en caractères gras quelques passages qui nous paraissent particulièrement importants et qui nous semblent une invitation à approfondir toujours davantage notre connaissance aimante de notre histoire royale et des principes de la royauté létitime, la monarchie de droit divin.
Nous relevons aussi avec bonheur la conviction finale exprimée par notre Souverain légitime : la prière, aujourd’hui comme jadis, est un moyen très important – et même essentiel – pour travailler au bien temporel et spirituel de notre France…
Pèlerinage légitimiste au Puy - message du Prince 4 juin 2016
Message de Monseigneur le duc d’Anjou
au Président de l’UCLF
à l’occasion du pèlerinage jubilaire au Puy-en-Velay
(4 et 5 juin 2016)
 fleur de lys gif2
Chers Amis,
Vous m’aviez invité à votre pèlerinage jubilaire au Puy et je vous en remercie. A défaut de pouvoir être présent parmi vous, je suis là par la pensée et mes prières accompagnent tous ceux qui accomplissent ce geste immémorial de dévotion.
En cette année 2016, alors qu’un tel Jubilé ne se reproduira que dans 141 ans, je mesure toute l’importance de cet acte.
Je la mesure d’autant plus que pour tous mes prédécesseurs, les Rois de France au souvenir desquels votre association est si attachée, venir ici, au Puy, a toujours été la marque d’un renouveau profitable à tout le royaume.
La venue de Charles VII, par exemple, implorant le secours de Notre-Dame pour sauver son royaume, demeure en ce sens un symbole marquant. Il est encore plus parlant en cette année où la présence de Jeanne d’Arc est si manifeste. Elle-même envoya sa mère la représenter au jubilé de 1429, convaincue que sa mission de renaissance du pays, alors, presque tout abandonné aux mains étrangères, passait par l’intercession miraculeuse de la Vierge du Puy.
Or ce renouveau n’est-il pas toujours d’actualité dans notre société si déchirée et inquiète ? Un vieux monde né à la fin du XVIIIe siècle disparait et un monde nouveau retrouvant le sens de la transcendance et de l’unité est en train de se mettre en place. Le Saint-Père l’appelle de ses vœux dans tous ses récents écrits. Les jeunes y contribuent grandement par leur action et leur engagement pour une société redonnant au bien commun toute sa réalité. Beaucoup ont, justement, placé leur espérance dans le pèlerinage jubilaire du Puy.
Vous prierez durant le vôtre pour qu’un monde renaissant aux valeurs de la tradition de nos pères puisse redonner à la France et le sens de sa grandeur, et l’esprit de sa mission civilisatrice pour l’ensemble des nations et la puissance des grâces de son baptême.
Pour tout cela soyez remerciés.
Et que la ferveur de vos prières contribue à protéger la France.
Louis, duc d’Anjou.
Pèlerinage Légitimiste le Puy-en-Velay 4 juin 2016
Les pèlerins de l’UCLF et de la Confrérie Royale au sortir de la cathédrale Notre-Dame du Puy
après le parcours jubilaire

samedi 2 avril 2016

Allocution de Monseigneur le duc d'Anjou à Argenteuil a l'occasion de son pèlerinage auprès de la Sainte Tunique de Notre-Seigneur

Voici le texte de l'allocution prononcée par Monseigneur le duc d'Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, à l'occasion de son pèlerinage à la basilique Saint-Denys d'Argenteuil, ce vendredi 1er avril 2016, à l'occasion de l'ostension solennelle de la Sainte Tunique de Notre-Seigneur.


Louis XX à Argenteuil le 1er avril 2016.jpg´
 Le Prince Louis à genoux dans la basilique Saint-Denys d'Argenteuil
le 1er avril 2016
lors des cérémonies d'ostensin de la Sainte Tunique de Notre-Seigneur.


J’ai  souhaité, à l’occasion de cette ostension exceptionnelle,  pouvoir vénérer à mon tour, la Sainte Tunique conservée dans la Basilique d’Argenteuil. 

Depuis le recueil de cette insigne relique par Charlemagne qui l’a reçue de l’Impératrice Irène de Constantinople, nombreux furent les rois de France, mes ancêtres,  qui vinrent l’honorer. Les annales ont retenu notamment Louis VII dont le règne marque la première ostension dont on ait la trace ; Saint-Louis dont la dévotion était si grande qu’il acquît les reliques de la Passion et fit construire pour Elles la Sainte-Chapelle ; François 1er sous le règne duquel eut lieu une grande procession réunissant la Couronne d’épines et  la SainteTunique ;  Henri III et Louis XIII vinrent aussi s’y recueillir, ainsi, qu’à la suite de Blanche de Castille, les reines Catherine et Marie de Médicis et Anne d’Autriche.

Au-delà de l’importance de la Sainte-Tunique, relique permettant aux fidèles de renforcer leur foi en offrant à leur vénération un objet qui les relie directement au  Christ, l’ostension suscite une communion comme peu d’évènements en produisent.
Publique, elle permet à tout un peuple de s’associer dans une même prière. Il y a là un symbole très fort. Les ostensions permettaient à des dizaines de milliers, des centaines de milliers de Français, d’être réunis  autour du Souverain pour un acte commun.

Cette année ce seront entre 250 000 et plus de un demi-million de personnes qui participeront à cette présentation solennelle.
Quel symbole pour notre époque !  Un des évènements majeurs de l’année sera religieux. Voilà qui remet bien des idées en place. Dans une société laïcisée dans laquelle certains voudraient n’attribuer à la religion qu’une dimension personnelle et individuelle, il est important de donner l’occasion d’exprimer leur foi et leurs convictions à de nombreux fidèles  dans un esprit d’unité. 

Plusieurs Evêques et Cardinaux,  et il me plaît tout particulièrement à cette occasion de saluer Son Eminence le Cardinal Philippe Barbarin, Primat des Gaules,  se succèderont  durant ces deux semaines, pour  présider les cérémonies. La  présence de tous renforce le caractère universel de l’ostension de 2016.

Il me paraissait important à la fois comme chrétien et comme héritier des Rois mes prédécesseurs, d’y participer, dans le même élan de partage avec le plus grand nombre,  d’une foi commune dans laquelle la France puise son identité et sa grandeur.

La Messe du 1er avril est célébrée par son Excellence Monseigneur Luc Ravel, Evêque Aux Armées, aux intentions de la France.
Dans ma position d’héritier de la dynastie qui a fait la France, J’ai tenu à m’y associer souhaitant ainsi continuer à inscrire cette ostension de 2016 dans une tradition plus que millénaire.

Je remercie tout particulièrement Son Excellence Monseigneur Stanislas Lalanne, Evêque de Pontoise d’avoir pris l’initiative de permettre cette ostension exceptionnelle, pour les 150 ans de l’édification de la nouvelle basilique Saint-Denys, les 50 ans de la création du Diocèse du Val d’Oise et l’année de la Miséricorde.  
J’associe à mes remerciements l’ensemble des équipes paroissiales si dévouées. Enfin j’adresse toutes mes félicitations au Père Cariot, recteur de la Basilique pour son rôle majeur dans l’organisation de ces cérémonies et  la  restauration exemplaire de la sainte relique.

Qu’en cette occasion qui nous permet de toucher jusqu’au plus profond du mystère de notre foi catholique et de notre histoire de France, Saint Louis et Saint Denis, Intercèdent afin que la France poursuive sa mission, si essentielle pour toute l’humanité, de fille aînée de l’Eglise.

Louis, duc d’Anjou

Grandes armes de France.png


02/04/2016 12 visites 0 Poster un commentaire

samedi 26 mars 2016

Pèlerinage Légitimiste 4 et 5 juin 2016 au Puy

Important : Le Pèlerinage Légitimiste pour le Jubilé du Puy, les 4 & 5 juin 2016.

Jeudi 4 février 2016,
Fête de Sainte Jeanne de France (voir ici).

Cette fête de l'une des plus attachantes figures de sainteté de la Maison Capétienne, est l'occasion providentielle d'annoncer le Pèlerinage Légitimiste programmé au Puy-en-Velay les samedi 4 et dimanche 5 juin prochains, pour le Jubilé du Puy : un pèlerinage de "Grand Pardon" aux pieds de Notre-Dame, organisé conjointement par la Confrérie Royale et par l'Union des Cercles Légitimistes de France, dans les pas de nos Rois.
Nous en avions déjà fait l'annonce à l'occasion des voeux du Nouvel An (cf. ici), il importe maintenant que tous les membres, associés et amis de la Confrérie Royale s'y préparent, l'inscrivent dans leur programme et commencent à prévoir leur pèlerinage, un pèlerinage très important afin d'implorer la miséricorde et le secours de Dieu sur chacun de nous et sur la France !d


http://confrerieroyale.blogspot.fr/p/pelerinage-jubilaire-au-puy.html

panorama du Puy-en-Velay depuis le parvis du sanctuaire de Saint Joseph de Bon Espoir


Panorama de la ville du Puy-en-Velay depuis l'ouest.
lys 2

Pèlerinage jubilaire au Puy-en-Velayde laConfrérie Royale
et de l'Union des Cercles Légitimistes de France

Samedi 4 & dimanche 5 juin 2016

samedi 11 avril 2015

L'origine du Mal.....


D’après « Anecdotes relatives à quelques personnes, et à plusieurs événements de la Révolution », édition de 1820

Ancien membre du Comité de sûreté générale sous la Révolution et chargé en cette qualité de la police de Paris pendant quelque temps, Jean-Baptiste Harmand rapporte un fait singulier dans ses Anecdotes relatives à la Révolution (le récit fut censuré en 1814, année de la première édition, et figurera dans l’édition de 1820).
Une demoiselle jeune, grande et bien faite, s'était refusée aux recherches de Louis de Saint-Just, surnommé, l’Archange de la Terreur, député de l'Aisne élu à 25 ans en 1792 et soutien indéfectible de Robespierre (il sera guillotiné le même jour que ce dernier, le 28 juillet 1794). Saint-Just la fit conduire à l'échafaud. Après l'exécution, il voulut qu'on lui représentât le cadavre, et que la peau fût levée. Quand ces odieux outrages furent commis, il la fit préparer par un chamoiseur et la porta en culotte.
http://i1064.photobucket.com/albums/u376/frpitto/Saint-Just_zps0da454dd.jpg
Louis de Saint-Just

Je tiens ce fait révoltant de celui même qui a été chargé de tous les préparatifs et qui a satisfait le monstre, poursuit Harmand ; il me l'a raconté, avec des détails accessoires que je ne peux pas répéter, dans mon cabinet au Comité de sûreté générale, en présence de deux autres personnes qui vivent encore.
Il y a plus : c'est que d'après ce fait, d'autres monstres, à l'exemple de Saint-Just, s'occupèrent des moyens d'utiliser la peau des morts, et de la mettre dans le commerce. Ce dernier fait est encore constant. Il ne l'est pas moins que, il y a environ trois ans, on mit aussi dans le commerce de l'huile tirée des cadavres humains : on la vendait pour la lampe des émailleurs.

dimanche 18 janvier 2015

DISCOURS de Monseigneur le Duc d'Anjou le 17 janvier 2015

 
"Chers amis,


Nous voici réunis une nouvelle fois, autour de la mémoire de Louis XVI. Remercions le Père Augustin Pic d’avoir su, avec la hauteur du théologien, éclairer pour nous les aspects les plus profonds de sa personnalité de Roi et de chrétien et en tirer les leçons applicables à nos vies quotidiennes.
Nous nous retrouvons chaque année à l’occasion de l’anniversaire de l’assassinat du Roi, mais il n’est pas question pour autant de nous tourner simplement vers le passé avec nostalgie. Ceci serait contraire à la tradition royale que traduit la formule ancienne « Le Roi est mort, vive le Roi ! ». Hymne à la vie, au progrès, chaque roi et Louis XVI en particulier, s’est préoccupé de faire avancer la société et de l’adapter. Roi géographe, Louis XVI a ouvert la France sur le monde. Epris de sciences humaines et politiques, il avait compris que des réformes étaient nécessaires, notamment en matière fiscale. Voilà un roi qui n’aurait pas aimé notre société dont il est dit souvent qu’elle est bloquée, qu’elle est désenchantée, notamment pour les plus jeunes. La royauté était là pour réenchanter chaque génération. Saint Louis, commémoré l’an dernier, tant en France qu’à l’étranger, a fait bouger les structures qui par nature ont toujours tendance à se scléroser. Il a réformé la justice, les impôts, renouvelé l’exercice de la charité, favorisé la paix et la diplomatie, s’éloignant des guerres féodales. Ainsi, huit siècles après sa mort, le siècle de Saint Louis est objet d’admiration.


Cette année, nos regards et notre réflexion se porteront vers François 1er et Louis XIV. Deux hommes, symboles d’une monarchie active ayant œuvré également pour les générations à venir. Ces exemples éclairent notre mission. En commémorant, nous appréhendons les ressorts de l’action des rois et leurs effets. Or, il me semble qu’il est très important d’avoir cette vision prospective pour notre camp si inquiet et qui a des raisons de l’être. Ce sentiment, j’ai l’impression qu’il est partagé par beaucoup. Je l’ai ressenti, lors de mes derniers déplacements à Paris, mais aussi en province, à Bouvines, à Aigues-Mortes, ou encore dans le Missouri cet été. L’Histoire et les commémorations servent de repères pour mieux guider notre action présente. Ainsi, lorsque je m’exprime sur tel ou tel événement du passé, bien évidemment j’honore une action d’hier d’autant plus que souvent elle s’est accompagnée du sacrifice de ceux qui ont participé ; mais chaque fois ma préoccupation est de savoir ce que cela apporte pour aujourd’hui, pour demain.
France, qu’as-tu fait de ton Histoire ? Que peut-elle nous apprendre ? Chacun peut voir la grande différence entre les façons de faire contemporaine et la politique du Roi. Il était animé par une vision du long terme, voire loin pour bien gouverner, c'est-à-dire toujours se poser la question avec ce que je fais aujourd’hui, dans quelques domaines que ce soit, Quelles seront les conséquences pour demain ? Notre société ne doit-elle pas s’interroger sur ses responsabilités et son rapport au temps ?


Ce souci du futur est d’être associé à un profond sens de la justice, lié à ce temps de l’Esprit Saint qui s’appelle la crainte de Dieu. De Saint Louis à Louis XVI, tous les Rois se sont posés la question des plus fragiles : les veuves, les orphelins, les enfants, les vieillards, les estropiés et les malades, et leurs droits de la naissance à la mort afin qu’ils ne soient pas lésés. Ces questions ne sont-elles pas toujours d’actualité ? De cruelle actualité ?
Voilà à quoi servent les commémorations, à nous mettre en phase des réalités du quotidien pour essayer de trouver des solutions. Le rappel des fondements de notre histoire peut nous y aider.
Voyez-vous, si je tiens ces propos dès aujourd’hui, en cette période où il est traditionnel d’échanger des vœux, c’est parce qu’il me semble que se sont des vœux que nous pouvons tous formuler pour notre chère France. Elle a besoin de retrouver les ressources de sa pensée, de ce qui a fait sa grandeur et sa force : responsabilité dans l’action, justice pour tous, confiance, sens à donner à la société. Avant moi, mes prédécesseurs, notamment mon grand-père et mon père, m’ont rappelé tout cela. Sans doute parlaient- ils trop tôt. Il me semble que ce langage est plus audible désormais. Le Saint Père le tient. Les jeunes l’attendent. C’est à nous d’être les sentinelles de notre société et de lui apporter le fruit de l’expérience. A nous d’être des précurseurs. La récente actualité tragique nous y conduit, et comme le disait le Cardinal XXIII dimanche dernier : « Il ne faut jamais désespérer de la paix si l’on construit la justice ».
Ainsi, je termine ces mots en vous demandant à tous de prendre aussi vos responsabilités dans tous les domaines où vous agissez : dans vos familles et dans la vie professionnelle ou associative. Nous ne courons pas derrière une quelconque nostalgie, mais nous souhaitons rendre notre monde meilleur. Tel est bien le message de dix siècles de monarchie : toujours me demander ce que la royauté pouvait apporter de neuf et de fort pour demain. Telle est ma façon de voir. Dans cet esprit, j’ai souhaité réorganiser les associations ayant pour objectif de mieux faire connaître l’histoire de la royauté française et de ses apports à la société. Il me semble qu’avec une seule association, nous serons plus forts. Si l’autonomie des uns et des autres doit être préservée, l’unité dans la complémentarité est une nécessité. L’unité a toujours été au cœur de la pensée royale. Il fallait la retrouver. J’ai aussi souhaité que les domaines de compétences soient mieux lisibles notamment vis-à-vis de l’extérieur. D’un côté avec l’Institut, nous pouvons continuer la nécessaire œuvre culturelle et d’approfondissement des connaissances. De l’autre, avec mon secrétariat que j’ai voulu élargir, peut-être mener une action plus ouverte, notamment sur les problèmes éthiques, sociaux et économiques auxquels la société est confrontée.


Je continuerai ainsi mes déplacements en province et à l’étranger pour mieux comprendre les situations des uns et des autres, et apporter le message d’espoir que peut représenter pour eux l’héritage de la monarchie française et des valeurs qu’elle véhicule.
J’espère tout au long de l’année vous retrouver nombreux, afin qu’ensemble, fidèles à la tradition, nous sachions être des artisans du futur.
Voilà les vœux que je forme en ce début d’année, pour vous et vos familles, et pour que la France demeure fidèle à sa tradition de fille aînée de l’Eglise.


Merci de m’avoir écouté."

jeudi 15 janvier 2015

MESSE POUR LE REPOS DE L'ÂME DU ROI LOUIS XVI

        MESSE POUR LE REPOS DE L'ÂME DU ROI LOUIS XVI

                                              TOULON
         messe pour le repos de l'âme de sa majesté le roi Louis XVI
                                   et le Salut de la France
                               le mercredi 21 janvier  2015
                                                 18H30                                                                                                                                                                                                                       

                                   Eglise Sainte Philomene
              125 bd Grignan (quartier du Mourillon) 83000 Toulon.









FUSION DES INSTITUTS

Depuis le 1er janvier 2015, à la demande de Mgr le duc d'Anjou, les deux instituts ont fusionné.
Cette fusion est de bon augure pour le succès de la cause.
Rappelons que l'action de l'UCLF est différente mais complémentaire de l'IMB.
L'UCLF défend la doctrine et coordonne l'action des cercles de chaque province du royaume.
Elle encourage à un effort de formation et entend promouvoir la doctrine tout en s'opposant aux propagandes nationaliste, libérale et socialiste.
Sans interférer ni prendre parti dans le contexte de crise que traverse l'Eglise ,  parceque notre vocation est de défendre la loi naturelle et non le surnaturelle.
L'UCLF œuvre à la restauration de l'alliance du Trône et de l'Autel.
Que l'année 2015 soit encore meilleure que la précédente avec une présence de Mgr le duc d'Anjou, notre prince encore plus forte pour regrouper les royalistes sous la bannière de la légitimité.